BANATerra - Une encyclopedie progressive du Banat -  Realisation: Asociatia Proiectul Rastko Romania - Timisoara
Bulgarian.Deutsch.French.English.Hungarian.Romanian.Serbian. [accueil ][à propos du projet Banaterra ][  à propos du projet Rastko Roumanie ][ l'équipe ][ liens ][ contact ]

 

Hestroff
Hestroff BlasonUne vue ancienne du village de Hestroff (Moselle).


Sur le blason de Hestroff figurent trois coquilles rappelant les rapports entre le village et le pélérinage à Saint-Jacques de Compostelle.

Le premier itinéraire Saint-Jacques de Compostelle créé récemment en Moselle par l'office du tourisme de la vallée de la Nied, relie Sarrebruck à Metz en passant par le Pays de Nied et donc Hestroff.

 

 BANATerra est un projet initié et développé par l'association "Proiet Rastko Roumanie" de Timisoara
  

Hestroff

En Lorraine, Hestroff et Edling, sont proches des trois villages de Saint-Hubert, Charleville et Saint-Barbe. L'abbaye de Villers-Blettnach
à laquelle appartenait le village de Hestroff depuis 1202, a du jouer un rôle important dans la décision des candidats à l'émigration au XVIIIe siècle.

LIEUX De Lorraine

Des Lorrains de
Hestroff et Edling s'installèrent
à Mercydorf au Banat

Grâce aux recherches d' Alfred Louis, les villageois d'Hestroff et d'Edling apprirent, entre autres, qu'ils avaient des cousins au Banat, plus précisément à Mercydorf. Deux sites internet se font l'écho de la migration de gens de leurs vilages. Notamment un certain André TRITZ, qui quitta le village - mét zack oon pack - avec femme et enfants.

En 1992, Alfred Louis, de Brettnach, fit le dépouillement des habitants de Hestroff. La même année il fit paraître un recueil de notes historiques sur le même village. Il publiaune liste des colons originaires de Hestroff et d’Edling à Mercydorf en 1774 ( Établie d' après les renseignements du Dr A. Peter PETRI, reprise et complétée ici par Solnade)

Quelle langue
parlaient-ils ?

On notera que Charleville et Saint-Hubert étaient à la limite orientale du parler messin. Un dialecte romand, très proche du patois de Nancy et donc du parler Picard. Par contre Hestroff et Edling se trouvaient de l'autre côté de la frontière linguistique. Les migrants partis de ces deux villages devaient donc, eux, parler le Francique lorrain ou mosellan, encore appelé Platt deutsch, proche du Luxembourgeois.
Le francique mosellan, encore parlé de nos jours, remonte à l'époque gallo-romaine. Langue interfrontalière appartenant au groupe du moyen allemand, elle est proche de celle que pratiquaient Clovis et Charlemagne.

– Le village de Hestroff s'appela Hessdorf pendant l'annexion, 1871 à 1918, et jusqu'à la Première Guerre mondiale. Avant 1212, il appartint à l'abbaye Saint-Pierre de Metz. L'abbaye Cistercienne de Villers-Bettnach l'acheta ensuite à cette dernière.
Pour en savoir plus sur Hestroff, deux adresses :
http://hestroff.online.fr, proposé par Georges Gabet Jérôme Jacob
www.hestroff.com, proposé par Solnade

– Frontiière linguistique et frontière des usages en Lorraine, Colette Méchin (Ethnologue CNRS - Université Marc Bloch Strasbourg). Presses universitaires de Nancy, 1999.(Pdf)
[Travaux réalisés sous l'égide de la Mission du Patrimoine Ethnologique de la France (Ministre de la Culture)
– Vocabulaire patois du pays messin, par Jaclot, de Saulny - Paris 1854. (Pdf)
– Die Ostfranzösischen Grenzdialekte zwischen Metz und Belfort,
Dr Adolf Horning - Heilbronn 1887. (pdf)

retour

Date de mise en ligne : 9 octobre 2006
Data de mise en place du domaine : 13 novembre 2006
 

Allcontent copyright 2006-2007 Proiectul Rastko Romania. All rights reserved.