BANATerra - Une encyclopedie progressive du Banat -  Realisation: Asociatia Proiectul Rastko Romania - Timisoara
Bulgarian.Deutsch.French.English.Hungarian.Romanian.Serbian. [accueil ][à propos du projet Banaterra ][  à propos du projet Rastko Roumanie ][ l'équipe ][ liens ][ contact ]
 

..
Plaque sous le porche de l'église : "dédié au Seigneur Dieu par les époux Maria et Mathias HABL / Maria et Johann SCHATI
(photos © JMC)

Maison à pignon
Maison à pignon avec inscription :
"Franz et Maria Oberten - 1898"


 Kirchweih 1990
La fête paroissiale en 1990. Une grande partie des villageois parlaient allemand. Certains, comme François Doron, connaissaient encore quelques mots de français ou des chansons enfantines, comme "Frère Jacques...".

Fete au village
Les vieux à la fête. Le curé, comme les habitants parlaient allemand en 1990.

Cimetièrez en 1990
1990 : après le départ de nombreuses familles pour l'Allemagne, les tombes étaient scellées par une plaque de béton. Mais le cimetière était parfaitement entretenu. En 2008, partiellement entretenu par Jakob Oberten, il est globalement en friche. Beaucoup de tombes sont envahies par des arbustes.

Eglise
2008 - La sortie de la messe devant l'église paroissiale.

St Albert
2008 - À la porte de l'église, Saint-Albert.
(C'est la version française de son nom
qui est utilisée)

 

 

 

 BANATerra est un projet initié et développé par l'association "Proiet Rastko Roumanie" de Timisoara

LIEUX DU Banat 

Triebswetter (D) ou Tomnatic (Ro) 

  

 

  

 

Tombe Griffaton
De nombreuses tombes du cimetière portent des noms bien lorrains : Griffaton, Lefort, Duron, Frecot...

" La colonie de Trübswetter (ou Triebswetter) fut presque exclusivement composée de Lorrains de langue française : sur les 192 familles qui, à l'origine, y furent installées, toutes étaent lorraines, sauf 8 qui venaient de la frontière bavaroise, aux environs de Pilsen. Les colons allemands se groupèrent dans une rue qui porte encore aujourd'hui le nom de Deutsche Gasse (rue allemande). Ils donnèrent le nom de Wolfgasse (rue des loups) à une rue haitée par quelques familles françaises qui manifestaient à leur égard des dispositions peu bienveillantes. Au point de vue ecclésiastique, Trübswetter fut rattachée à l'origne à un bourg hongrois, Szent-Miklos (Saint-Michel),[devenue Gross Sankt-Nikolaus], situé à 8 kilomètres, mais qui fut érigé en paroisse dès 1773. La première église fut construite en briques sèches. Les deux premiers baptèmes y frent célébrés les 22 et 23 février 1773 (tous les parents et parrains y portent des noms français).
L'église actuelle date de 1846. Parmi les prêtres qui y ont exercé le saint ministère, nous avons trouvé les noms de : François Leclère (1773-1777), Germain (1777-1778), Blaise Collignon (1787-1789), Forstner (1787-1798), Louis Breton (1798-1802), prêtre émigré de France, qui avait étudié à Besançon, enfin celui d'Antoine Bonnaz, originaire du pays de Gex, élève du séminair d'Annecy, qui, d'abord chapelain et administrateur de la paraoisse, fut installé comme curé de Trübswetter en 1804 et y resta juqu'à sa mort, en 1837." (in Les colonies lorraines et alsaciennes en Hongrie, par le Dr L. Hecht, Nancy 1879 - Académie de Stanislas) 

– La fête paroissiale de Triebswetter et des tombes aux noms germaniques et français (1990)

– L'histoire du village de Triebswetter (D)
Une communauté Lorraine et Allemande au Banat
de ses début en 1772 jusqu'à environ 1850

Date de mise en ligne : 9 octobre 2006
Data de mise en place du domaine : 13 novembre 2006
 

All content copyright 2006-2007 Proiectul Rastko Romania. All rights reserved.