BANATerra - Une encyclopédie progressive du Banat -  Réalisation: Asociation Proiect Rastko Roumanie - Timisoara

.............................................................

Les Lorrains du Banat... La France et le Banat... Les gens, les lieux, les coutumes. Témoignages d'une époque de conquête et de richesses agricoles ... Les terres du Banat au secours de régions françaises dévastées ... 

bientot dans ces pages...

Les Lorrains et le Banat
  Une histoire longue et riche :
     – Vers un Eldorado, et par fidélité
     – Le double paradoxe

     1686 : Les Lorrains au secours de l'Empire austro-hongrois contre les Turcs

Témoignages
  Des villages lorrains se souviennent :
     –
À Arracourt et (54),
           avec Gérard Griffaton
     – À Saint-Hubert et Charleville (57)
     – À Hestroff et Edling (57)
      À La Roque-sur-Pernes (84)
      Vos courriers

  Au Banat aussi certains se souviennent :
     – François Doron à Triebswetter (Ro)
     Jakob Auberten à Triebswetter (Ro)
     Peter Farle à Comlosu Mic (Ro)
     – Maria Schulz, musée Jaeger (Ro)
     – Agoston Mihai, cimetière Jimbolia (Ro)
     Joseph Maszong à Szeged (H)

• La France et le Banat 
  Héritière des Sujets de la Lorraine ou terre de retour des émigrés lorrains et alsaciens après les affres de la Seconde guerre mondiale. Aujourd'hui, des liens étroits sont, encore, maintenus entre la France et le Banat. 

• Des lieux du Banat
       –  Mercydorf ou Carani
       –  Triebswetter ou Tomnatic
       –  St-Hubert, Charleville, Seultour
           ou Banatsko Veliko Solo (Serbie)
       –  Hatzfeld ou Jimbolia
       –  G. Skt Nikolaus ou Sannicolau Mare
       –  Ostern ou Comlosu Mic 

       –  Temesvar ou Timisoara 

• Des gens, des langues et des coutumes 
       –  Stefan Jäger, peintre de l'immigration
       –  Herta Müller, prix Nobel 2009
       –  Villes et villages à 3 ou 4 noms

• La France et la Hongrie
       –  Anjou, Attila, Saint-Martin...
       –  Les Habsbourg et la Lorraine

La Belgique, le Luxembourg et le Banat
       –  Belgique
       –  Luxembourg

• Documents divers en français
  Les Tchèques du Banat, les Saxons de Transylvanie, les Français de Hongrie, textes intégraux des Mémoires de l'Académie de Stanislas à Nancy (Lorraine), études, extraits de presse...    Télécharger

• Recherches généalogiques
     
Si vous possédez des photos numériques ou scannées, y compris des cartes postales de votre lieu d'origine ou de celui de vos ancêtres, dans le Banat, ou en France, des textes et même des livres ou des documents sur l'histoire du Banat, ne manquez pas de nous les envoyer ou de nous les signaler.
Nous les enregistrerons, sous votre nom, dans l'encyclopédie.

.
BANATerra est un proiet initié et développé par l' Association Proiect Rastko Roumanie de Timisoara. Initiateur du proiect, coordonateur et  webmaster: Dusan BAISKI

.

Project Banaterra: as the best e-Content example in 
e-Government from Romania - 2007; has been nominated for the World Summit 
Award Global Contest (www.wsis-award.org)
......................................................
 
 
 
 
 
 
 

 BANATerra est un projet initié et développé par l'association "Proiet Rastko Roumanie" de Timisoara
Pourquoi, BANATerra? 

La Lorraine, la France et le Banat 

1718 - 1772 : Grand dérangement, en direction de l'Est 

 

Les Souabes du Danube (Donauschwaben) n'étaient pas tous
des Souabes. L'histoire a un peu
oublié ceux qui venaient d'autres
régions et ont apporté d'autres
cultures. Mais le souvenir du Grand
dérangement (Einwanderung) reste
dans la mémoire collective.

Débarrassé de l'occupant turc, l'Empire d'Autriche prend possession, en 1718, de territoires fertiles et dépeuplés, aux confins du Danube et de la rivière Timis. Le grand vainqueur militaire, Eugène de Savoie, au service de l'impératrice d'Autriche Marie-Thérèse, confie le Banat au Comte Claude Mercy, originaire de Thionville en Lorraine.  Pour repeupler la région, grande comme la Belgique, le nouveau gouverneur fait appel à des colons, catholiques de préférence, appelés dans les terres d'influence de l'Autriche.  De 1718 à 1772, des milliers de Lorrains prennent le chemin de territoires qu'on leur a promis généreux. Ils rejoignent d'autres candidats colons venant du Luxembourg, de Rhénanie, de Franconie, entre autres.  Arracourt, Moncel, Bezange-la-Grande, Sornéville, Valhey, Bathelemont, Parroy, dans la région de Lunéville en Meurthe-et-Moselle, Charleville, Sainte-Barbe, Saint-Hubert, près de Metz en Moselle, des villages de l'Est de la France qui gardent encore aujourd'hui le souvenir de leurs habitants partis, dans des conditions souvent précaires, vers le Rhin, le Danube, la Tisza... Et de routes en carioles, en trajets tumultueux sur des radeaux, ils sont passés par Ulm en Bavière, Vienne en Autriche, avant de devenir des "colons" dans les villages tout neufs, construits dans les plaines alluviales de ce qui allait devenir la Hongrie, la Roumanie, la Serbie... Lefort, Griffaton, Claudon, Pierre, Antoine, Coqueron, Pernet, Petitjean, Parison, Frécot, Duron, Aubertin, Masson … des noms aux consonnances lorraines, que l'on retrouve encore aujourd'hui dans toute la région de Timisoara en Roumanie, ou de Szeged en Hongrie.
En 1766, Stanislas, l'ancien souverain de Pologne devenu Duc de Lorraine, par ailleurs gendre de Louis XV, meurt brûlé dans sa chambre du château de Lunéville. La Lorraine perd son indépendance et devient une province française.
Les colons du Banat sont par la même occasion devenus, aux yeux de leurs nouveaux concitoyens, les Français parmi les Souabes de langue germanique. Leur assimilation vint avec le temps, et beaucoup de leurs descendants, en Roumanie, en Allemagne, se considèrent aujourd'hui comme ... Allemands. Sauf quand les affres de l'histoire les amène à prouver leurs origines françaises pour survivre et échapper à la déportation. D'autres descendants vivent aujourd'hui en Hongrie, ou, (re)devenus Français, en Alsace ou en Provence.

JM Chappé

.........................................................................................................................................................................................................

Le Banat en quelques repères :

1030  -  À Cenad (en allemand : Tschanad, en roumain : Cenad,  en hongrois : Csanad, circonscription de Temesch), fut fondée la première école de l'actuel territoire de Roumanie. L'enseignement se faisait en latin. 
vers 1179  -  Dans le cadre de l'abbaye d'Egres, Judete de Timis, fondée en 1177 par le monastère cistercien bourguignon de Pointigny, existence de la première bibliothèque contenant des travaux de philosophie, théologie, etc, du territoire roumain. Dans cette bibliothèque se trouvaient des œuvres de Cicéron, Suetonius, Seneque et Quintilian.; 
1631  -  En Lorraine, les troupes de Gustave-Adolphe, roi de Suède ravagèrent le Duché. Les troupes françaises occupèrent la Lorraine et Charles IV de Lorraine dut abdiquer en 1634 en faveur de son frère Nicolas François, jugé plus malléable par le roi de France.
1635  -  Nicolas François échappe à la tutelle française et s'enfuit ; Charles IV tente de reconquérir son duché mais sans succès, et la Lorraine est de nouveau ravagée puis occupée par les Français. Les Trois-Évêchés sont définitivement réunis à la France en 1648. À l'exception de brèves périodes, les ducs ne pourront plus séjourner en Lorraine jusqu'en 1697 : par le Traité de Ryswick, Louis XIV rend alors le duché au duc Léopold, né à la cour de Vienne, mais qui épousa pour l'occasion une des nièces du roi de France, la princesse Élisabeth Charlotte d'Orléans.
1700  -  Un Banatais, resté inconnu (Anonymus Caransebensiensis oder Lugoshiensis), a réalisé un dictionnaire roumain - latin, Dictionarium vallachico-latinum, premier travail lexicographique basé sur la langue roumaine. Quelques chercheurs attribuèrent ce travail à Mihail Halici( 1643 - ca.1712). 
1717  -  Début de l'émigration lorraine et alsacienne 
1718  -  À Timisoara fut mise en service la première brasserie de Roumanie
1718  - À Tschiklowa, ( en roumain : Ciclova), fut construit le premier four à cuivre, premier de ce type dans les montagnes du Banat. 
1719  -  Le premier haut-fourneau fut mis à feu à Deutsch-Bokschan, (en roumain : Bocsa Montana) . 
1728  -  Débuts des travaux de canalisation de la Bega, rendant navigable le premier canal de Roumanie.
1736  -  Mariage du duc François III de Lorraine avec l'archi-duchesse Marie-Thérèse d'Autriche, héritière des Habsbourg. Par ce mariage, il peut devenir empereur, et apporter ainsi ses duchés aux Habsbourg. Or, l'Alsace a été progressivement annexée au royaume de France au cours du règne de Louis XIV. Dans cette situation, la Lorraine et le Barrois sont quasiment une enclave étrangère dans le territoire français : Louis XV refuse de les voir passer totalement entre les mains d'une grande puissance étrangère, qui plus est l'Empire, son ennemi héréditaire.
1737  - Louis XV n'annexe pas immédiatement les duchés à la France : il les remet, à titre viager, à son beau-père l'ex-roi de Pologne Stanislas Leszczynski, qui en est à partir de 1737 le dernier duc souverain. Le pays est déjà gouverné de fait par un chancelier nommé par la France, le marquis de la Galézière.
1738  -  Louis XV et l'empereur Charles VI d'Autriche concluent un accord qui s'articule avec les dispositions du Traité de Vienne, en vertu de quoi François abandonne la Lorraine à la France pour devenir grand-duc de Toscane ; en compensation, la France accepte la Pragmatique Sanction de l'Empereur qui fait de Marie-Thérèse son héritière (conjointement avec son futur époux, François).
1745  -  François III de Lorraine devient François I, empereur germanique
1745  -  Fondation de l 'hôpital de la ville de Timisoara (24 ans avant celui de Vienne et 35 ans avant celui de Budapest) 
1753  - À Timisoara eut lieu la première saison théâtrale, troisième après Vienne et Budapest. 
1760  -  Timisoara fut la première ville d'Autriche-Hongrie à avoir ses rues éclairées avec des lampes à suif et à huile.
1766  -  À la mort de Stanislas, la Lorraine et le Barrois sont définitivement annexés à la France et réorganisés.
1771  -  À Timisoara parut le 18 avril, le premier journal de l'actuelle Roumanie, Temeswarer Nachrichten. Ce fut même le premier journal en allemand d'Europe de l'Est
1772  -  Derniers émigrants venus de Lorraine
1796  -  La célèbre famille de pharmaciens Knoblauch fonda à Orawitz la première pharmacie de l'industrie minière du pays. 
1802  -  À Groß-Sanktnikolaus fut fondée la troisième école d'agriculture d'Autriche-Hongrie et la première de l'actuel territoire de Roumanie. 
1815  -  À Timisoara la Josef Klapka –Bibliothek, la première bibliothèque de prêt d'Autriche-Hongrie en territoire roumain. 
1817  -  In Orawitz fut ouvert le théâtre Mihail Eminescu, le plus ancien théâtre du pays. Particulièrement le plus ancien théâtre en pierre dans le Sud-Est de l'Europe et le premier à avoir été éclairé par des lampes à carbure. 
1819  -  À Timisoara eut lieu la première vaccination contre la variole d'Europe centrale.
1847  - Dans la brasserie de Timisoara eurent lieu les premiers concerts de Johann Strauss jun., en dehors de Vienne. 
1849  -  À Orawitz fut construite la première gare de chemin de fer du pays
1850  -  Dans le Banat apparurent les premiers timbres de Roumanie
1857  -  Timisoara devint la première ville d'Autriche-Hongrie dont les rues furent éclairées au gaz
1869  -  8/12 Juillet  Timisoara connut le premier tramway tiré par des chevaux en Roumanie.
1884  -  24  Novembre – Timisoara est la première ville d'Europe aux rues éclairées à l'électricité. 
1886  -  Timisoara met en place la première station de véhicules de secours de toute la Hongrie et de la Roumanie de l'époque.
1899  -  À Timisoara circule le premier tramway électrique de Roumanie. 
1930  -  14 Juli – Adalbert Georg Deschu de Gataja, circonscription deTemesch, marqua à Montevideo,  le premier but pour la Roumanie en coupe du monde de football en Uruguay. 

1945  - Après la Seconde guerre mondiale, les Lorrains du Banat ont été expulsés ou massacrés en même temps que les Allemands (Banater Volksdeutsche). Le ministre français Schumann, lorrain de la région de Thionville, fortement impressionné par le terrible sort de ses compatriotes a assuré leur rapatriement partiel en Lorraine.
80000 « Allemands » nés en Roumanie furent déportés dans les camps de travail soviétiques. Ils y restèrent cinq ans, pour se faire pardonner leur adhésion au national-socialisme.
1953  -  Timisoara seule ville européenne possédant trois théâtres nationaux en trois langues différentes : roumain, allemand et hongrois. 
1961  -  À l'Institut politechnique de Timisoara fut construit le premier ordinateur ( MECIPT-1 ) de Roumanie, un des premiers d'Europe. 
1989  -  16-22 Décembre Timisoara devient la première ville libérée du communisme en Roumanie. 
2002  -  Première nationale, Timisoara permet la première collecte d'impôts par Internet. 

La liste de ces quelques repères reste ouverte. Chacun de vous peut nous aider à aller plus loin, et nous envoyer des informations, en citant toujours la source. Si vous remarquez une anomalie, faites nous en part. Nous sommes ravis de chaque collaboration. Toutes les informations de nos pages sont accessibles gratuitement à tous. À bientôt ! 

 

Date de mise en ligne : 9 octobre 2006
Data de mise en place du domaine : 13 novembre 2006
  All content copyright 2006-2007 Proiectul Rastko Romania. All rights reserved.